Franchir les 3 portes de la ...Sagesse ?!

Parce que les mots, les histoires et les contes font partie intégrante de mon monde depuis toute petite (j'adorais faire du théâtre en primaire ;-) , me déguiser, jouer des rôles)

Parce que la sagesse est encore une quête présente, non illusoire et tellement inspirante,

Parce que la connaissance de soi est au cœur des nouveaux accompagnements que je propose (enrichis des dernières formations que j'ai suivies, enrichis d'outils tels que des séances audios guidées entre "Méditation et hypnose" , et d'autres références, "clés de connaissance de soi" .... (je suis un puits qui a soif de comprendre, d'apprendre et qui sait aussi laisser poser et reposer ses eaux pour éclaircir les connaissances, les intégrer et les re-transmettre ensuite à d'autres puits sur le chemin (le leur ;-))


Cette histoire "les 3 portes de la sagesse" m'est inspirante,

Je vous la partage aujourd'hui, jour de 1er novembre, comme un symbole d'optimisme (ma nature profonde).

Belle lecture, Nathalie

Un Roi avait pour fils unique un jeune Prince courageux, habile et intelligent.

Pour parfaire son apprentissage de la Vie, il l'envoya auprès d'un Vieux Sage.

« Eclaire-moi sur le Sentier de la Vie », demanda le Prince.

« Mes paroles s'évanouiront comme les traces de tes pas dans le sable, répondit le Sage. Cependant je veux bien te donner quelques indications. Sur ta route, tu trouveras 3 portes. Lis les préceptes indiqués sur chacune d'entre elles. Un besoin irrésistible te poussera à les suivre. Ne cherche pas à t'en détourner, car tu serais condamné à revivre sans cesse ce que tu aurais fui. Je ne puis t'en dire plus. Tu dois éprouver tout cela dans ton cœur et dans ta chair. Va, maintenant. Suis cette route, droit devant toi. »

Le Vieux Sage disparut et le Prince s'engagea sur le Chemin de la Vie.

Il se trouva bientôt face à une grande porte sur laquelle on pouvait lire « CHANGE LE MONDE ».

« C'était bien là mon intention, pensa le Prince, car si certaines choses me plaisent dans ce monde, d'autres ne me conviennent pas. »

Et il entama son premier combat. Son idéal, sa fougue et sa vigueur le poussèrent à se confronter au monde, à entreprendre, à conquérir, à modeler la réalité selon son désir. Il y trouva le plaisir et l'ivresse du conquérant, mais pas l'apaisement du coeur. Il réussit à changer certaines choses mais beaucoup d'autres lui résistèrent. Bien des années passèrent.

Un jour il rencontra le Vieux Sage qui lui demande :

« Qu'as-tu appris sur le chemin ? »

« J'ai appris, répondit le Prince, à discerner ce qui est en mon pouvoir et ce qui m'échappe, ce qui dépend de moi et ce qui n'en dépend pas ».

« C'est bien, dit le Vieil Homme. Utilise tes forces pour agir sur ce qui est en ton pouvoir. Oublie ce qui échappe à ton emprise. » Et il disparut.